OPÉRATION SHIKANDRA:RENFORCEMENT ET APPROFONDISSEMENT DE LA LUTTE CONTRE L’IMMIGRATION CLANDESTINE

Une approche globale, civilo-militaire, pour relever durablement le défi migratoire à Mayotte

l'Opération Shikandra, plan civilo-militaire présenté ce matin par la ministre des outre-mer, Annick Girardin, à l'occasion de son déplacement à Mayotte. Ces mesures font suite à l’engagement pris par président de la République le 1er février 2019, lors du Grand Débat National à l'Élysée en présence des élus ultramarins, visant à renforcer et approfondir la lutte contre l'immigration clandestine à Mayotte.

 

PLAN POUR MAYOTTE 2018 : DES ENGAGEMENTS TENUS…

Mesure n°7 : Mesure n°8 : Mesure n°9 : Mesure n°10 : Création d’un état-major opérationnel sous la direction d’un sous-préfet désigné à cet effet Engagement de la diplomatie française en faveur du rétablissement des procédures de réadmission vers les Comores Renouvellement de quatre intercepteurs (deux en 2018 et deux en 2019) Amélioration du traitement du signal des radars Mobilisation des forces armées terrestres et maritimes Création d’un groupe d’enquête inter-services spécialisé sur le volet financier des filières d’immigration, d’hébergement ou d’emploi des étrangers en situation régulière La reprise des reconduites vers les Comores a été officialisée le 6 novembre 2018 par un communiqué conjoint entre les ministres des affaires étrangères français et comorien, actant la levée des restrictions mutuelles. Les éloignements ont repris depuis lors. Deux intercepteurs ont été entièrement rénovés à l’été 2018 (Douane et PAF) et deux intercepteurs neufs ont été livrés en novembre 2018 (PAF et Gendarmerie). Deux intercepteurs neufs ont été commandés (PAF et Gendarmerie) et devraient être livrés d’ici la fin d’année 2019. La modernisation du traitement du signal radar a été réalisée dans la deuxième quinzaine du mois de septembre 2018 : une mission technique venue de métropole a été déployée à cet effet. 100 % du réseau bénéficie désormais du nouveau système. L’état-major de lutte contre l’immigration clandestine a été installé le 25 mai 2018 sous la direction du sous-préfet, entré en fonction le 14 mai 2018. Il pilote l’ensemble des actions relatives à la LIC. Le groupe d’enquête sur la lutte contre l’immigration clandestine (GELIC) a été installé le 20 juin 2018 par le préfet et le procureur de la République et est opérationnel depuis octobre 2018. Il rassemble des personnels de la sécurité publique, de la police aux frontières, de la gendarmerie, de la douane, de l’inspection du travail et des finances publiques. Outre les ressorts financiers de l’immigration clandestine, le GELIC s’est également spécialisé dans les filières non comoriennes, notamment africaines. La Marine Nationale coordonne le dispositif de LIC mer et dispose grâce à ses deux vedettes côtières de surveillance maritime (VCSM) de capacités d’interception et de dissuasion importantes. Plusieurs opérations importantes sont programmées chaque année par le détachement de la légion étrangère de Mayotte sur l’ilôt M’Tsamboro en appui des forces de sécurité.

2 ... DES RÉSULTATS ENCOURAGEANTS... 

17736  SOIT LE NOMBRE DE RECONDUITES EFFECTUÉES ENTRE LE 1ER JANVIER ET LE 15 AOÛT 2019

 

 

+150% SOIT L'ÉVOLUTION DU NOMBRE D'INTERPELLATIONS ENTRE 2018 ET 2019

 

30 SOIT LE NOMBRE D'HECTARES DE CULTURES ILLÉGALES DÉTRUITS PAR LES FORCES DE L'ORDRE

 

152 SOIT LE NOMBRE D'EMPLOYEURS D'ÉTRANGERS SANS TITRE JUDICIARISÉS DEPUIS LE DÉBUT DE L'ANNÉE

 

UNE APPROCHE GLOBALE APPROCHE GLOBALE PROTECTION DES FRONTIÈRES RÉAFFIRMATION DE LA PRÉSENCE À TERRE APPROFONDISSEMENT DU TRAVAIL JUDICIAIRE COOPÉRATION INTERNATIONALE

4 UNE OPÉRATION INTERMINISTÉRIELLE PROTÉGER NOS FRONTIÈRES MARITIMES 

HAUSSE DES EFFECTIFS EMBARQUÉS

DIVERSIFICATION DE NOS MODES D’ACTION

CRÉATION D’UNE UNITÉ LITTORALE DES AFFAIRES MARITIMES

SURVEILLANCE AÉRIENNE MOBILISATION DE MOYENS HAUTURIERS DE LA MARINE NATIONALE POUR LA LIC RENOUVELLEMENT ET MODERNISATION DES INTERCEPTEURS

+10 militaires pour la brigade de gendarmerie. +12 fonctionnaires pour la brigade nautique de la PAF. Acquisition en août 2019 d’un intercepteur supplémentaire, plus agile et plus léger Dédiée au contrôle des pêches et à la LIC. Détection des embarcations illégales, guidage des intercepteurs et judiciarisation des passeurs. Mai 2018 :5 intercepteurs vétustes. Janvier 2020 : 8 intercepteurs en parfaites conditions opérationnelles (4 neufs et 4 rénovés).

22 PERSONNELS SUPPLÉMENTAIRES

5 RENFORCER NOTRE PRÉSENCE À TERRE  HAUSSE DES EFFECTIFS DÉDIÉS À LA LIC DENSIFICATION DE L’ACTION CONCOURANTE DE LA LÉGION HAUSSE DES EFFECTIFS DE SÉCURITÉ PUBLIQUE

Présence accrue des légionnaires sur le territoire, intégrée au dispositif global de la LIC pour des missions d’observation, d’information et d’appui aux interpellations conduites par les forces de sécurité intérieure.

+35 FONCTIONNAIRES DE LA PAF + 26 GENDARMES DÉPARTEMENTAUX

6 APPROFONDIR LE TRAVAIL JUDICIAIRE 

CRÉATION D’UNE CELLULE DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL

STRATÉGIE RENOUVELÉE DE LUTTE CONTRE LES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DE L’IMMIGRATION CLANDESTINE

STRATÉGIE RENOUVELÉE DE LUTTE CONTRE L’HABITAT ILLÉGAL

LUTTE CONTRE LA FRAUDE DANS LES DÉLIVRANCES DE TITRES

ENGAGEMENT D’UN TRAVAIL PARTENARIAL AVEC LES COLLECTIVITÉS

RENFORCEMENT DE LA CHAÎNE JUDICIAIRE

Animation et plan d’actions de la mission interservice de l’eau et de la nature (MISEN). Mise en place d’une cellule interministérielle dédiée à la lutte contre l’habitat illégal et à sa résorption. Renforcement de la cellule anti-fraude de la préfecture par un expert de la police aux frontières spécialisé dans la fraude documentaire. Habitat illégal, attestations frauduleuses de résidence, marchands de sommeil et coopération entre polices municipales et forces de l’ordre. Renforcement de sept effectifs supplémentaires pour le greffe du TGI de Mamoudzou. Mobilisation de la PAF, de la gendarmerie, de l’inspection du travail, du GELIC et du CODAF pour accroître la pression sur l’ensemble du territoire.

7 POURSUIVRE ET RENFORCER LA COOPÉRATION INTERNATIONALE 

COOPÉRATION DE SÉCURITÉ AVEC LES COMORES

COOPÉRATION TECHNIQUE AVEC LES PAYS D’ORIGINE ET DE TRANSIT

COOPÉRATION ÉCONOMIQUE ET SANITAIRE AVEC LES COMORES

MISE EN PLACE D’UN PLAN DE TRAITEMENT RAPIDE DES DEMANDES D’ASILE

ÉLOIGNEMENT DES DEMANDEURS D’ASILE DÉBOUTÉS

Lutte le plus en amont possible contre l’immigration irrégulière en provenance d’Afrique continentale, d’Asie et du Moyen-Orient (missions d’experts, réseaux d’échanges d’information, assistance au refoulement par les pays de transit...). Mise en place de l’accord cadre signé le 22 juillet 2019 prévoyant une aide au développement économique et sanitaire de 150 millions d’euros sur trois ans. Cette aide est accordée avec un cadre de gestion garantissant la transparence et le bon emploi des fonds. Renforcement de l’activité de l’OFPRA pour traiter les dossiers des demandeurs d’asile présents à Mayotte. Travail diplomatique permettant un éloignement vers les pays d’origine afin de limiter l’ancrage des demandeurs d’asile à Mayotte, notamment en provenance des pays d’Afrique de l’Est

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut